Grossesse et péripéties : Mon petit bébé miracle

Avril 2014 : La surprise

Suite à des vomissements sans raison particulière, mon médecin décide de me prescrire une prise de sang pour savoir si je suis enceinte. Je me souviens lui avoir ri au nez, en lui disant que ce mois-ci j’avais fait très attention à ne pas oublier ma pilule. Je prends mon courage et je me rends au laboratoire. Verdict le lendemain matin : mon taux d’HCG est très élevé, enceinte de 5 à 6 semaines. Mon cœur bat à 100 à l’heure, les larmes montent, je tremble. Dans ma tête, dans mon cœur, j’aimais déjà ce petit bébé.

Les trois premiers mois se déroulent sans trop de difficulté, je suis en pleine période d’examens, je n’ai même pas eu le temps de profiter et penser qu’un petit être grandit en moi.

14 Juin 2014 : 3 mois déjà

Echographie des 3 mois, tout se passe à merveille, mon bébé est plein de vie, un moment d’émotions ! Le lendemain matin, je me vide de sang, sans attendre, je vais au urgence, je suis inquiète, je pleure, j’ai mal… Et si je perdais mon bébé ? La gynécologue m’examine assez rapidement, mon col saigne, mais mon bébé va très bien. Je l’ignorais mais c’était le début des ennuis.

Elle me recommande de rester alitée un mois minimum, je limite mes déplacements et surtout j’évite la voiture. Suite à cet événement, je loupe deux épreuves de mon diplôme mais je l’obtiens malgré tout, ça me remonte le moral.

Fin août / début septembre 2014 : Fille ou Garçon ?

Echographie du 5ème mois, c’est un petit garçon. La sage femme a un doute sur mon col… J’ai pourtant suivi toutes les recommandations, que se passe-t-il ? Mes yeux remplis de larmes, elle me rassure en me disant qu’elle pense simplement que le col a peut-être bougé et je devrais avertir l’hôpital.

Personne ne s’inquiète, je reprends le travail début septembre, je prépare l’arrivée de mon bébé…

Mi octobre 2014 : La pire nuit de ma vie

J’arrive à l’hôpital, je saigne, ça ne s’arrête pas… Je suis prise en charge directement par le service de la maternité, on m’installe sur un lit inconfortable et froid. Mon col saigne… Il est 22h, je suis en pleurs, les sages femmes sont là, s’agitent, me soutiennent, le monitoring est parfait, mon bébé va bien mais mon corps se relâche… La gynécologue arrive, elle me dit qu’on va me faire une piqûre pour la maturation des poumons de mon bébé s’il doit sortir. Je m’effondre, à l’intérieur de moi, je ne peux pas imaginer que mon tout petit ange sort de son petit nid douillet maintenant. La gynécologue s’en va, l’infirmière me fait la piqûre et ma sage femme arrive. Elle me prévient que l’anesthésiste va arriver pour préparer une éventuelle césarienne car si je continue de saigner encore des heures, ils sont dans l’obligation de sortir mon bébé pour sa santé et la mienne. Je suis dévastée… Mais je tiens le coup. Minuit, les saignements ralentissent, ils me laissent la nuit dans le service en surveillance. 10h du matin : je monte au service gynécologique, j’y passe 2 semaines et demi alitée, entre les monitorings 2 fois par jour et mes proches qui me chouchoutent. Chaque jour, les gynécologues ou le chef du service passent me voir, chaque fois, je les supplie de me laisser partir, je suis triste dans ces murs blancs. Le chef finit par m’entendre et décide de m’examiner, mon col est modifié mais on discute longuement. Il ne veut pas me laisser partir mais on prend la décision ensemble que je reste alitée jusqu’à la fin chez moi entourée d’une sage femme à domicile 3 fois par semaine, il m’interdit le ménage, de préparer mes repas, je dois rester au lit jusqu’à 37 semaines d’aménorrhée.

Je rentre à la maison, je suis si heureuse de retrouver mon lit, de voir la chambre de mon bébé prête…

Vendredi 19 décembre 2014 : Jour J

2 mois se sont écoulé, qui l’aurait cru ? Ca faisait 2 jours que je perdrais le bouchon muqueux.

Il est 2h30 du matin, je me réveille en sursaut, je descend de mon lit et la poche des eaux vient de se percer, j’inonde le sol. Je file sous la douche, je ne me presse pas, je sais que ce n’est pas encore l’heure, je n’ai aucune contraction pour le moment. Mes affaires sont prêtes, il est 3h30, je suis à la maternité. Les heures défilent, la douleur est affreuse, mes contractions sont dans les reins, le monitoring c’est trop pour moi, je ne tiens plus, j’hurle de douleurs.

5h30, voilà ma sauveuse : la péridurale ! 4h plus tard, mon petit garçon peut sortir mais Mr n’est pas décidé, les contractions sont rares, et courtes, et Bébé semble très mal positionné : Bébé placé postérieur, le travail va être difficile, on tente toutes les positions pour l’aider à descendre et à se positionner de la meilleure manière. Les heures passent, il est midi, je n’en peux plus, on me met le masque à oxygène, les sages femmes appellent les gynécologues.

Ma gynécologue arrive avec son collègue, il décide d’utiliser les ventouses, la première lâche, il tente une deuxième fois, il est 13h, je n’en peux plus, je n’ai pas assez de contractions, et mon bébé ne veut pas descendre => CÉSARIENNE, ma libération.

Je n’ai jamais souffert d’avoir eu une césarienne, j’ai vu mon bébé à sa sortie, j’ai pleuré tellement il était beau, doux et attendrissant. Je suis montée en salle de réveil, c’était le plus douloureux, j’étais séparé de mon ange, j’avais tellement hâte de le retrouver. 4h plus tard, j’ai pu serré mon petit cœur contre moi, nous avons fait un peau à peau, et je l’ai admiré, câliné toute la nuit…

Il est mon petit bébé miracle, aujourd’hui il va avoir 2 ans dans moins de 2 mois,

il a tellement grandit, c’est le petit homme de ma vie.

Je l’aime à l’infini ♥

Bisous, FamilyL♥ve

Rendez-vous sur Hellocoton !

You may also like

2 Comments

  1. Que de péripéties et par dessus tout que d'émotions! Ces petits bouts nous font vivre tellement d'émotion avant même leur arrivée…
    En tout cas ton petit bonhomme est un costaud et vu votre histoire il doit bien savoir ce qu'il veut 😉
    Bonne continuation à vous

    1. Beaucoup d'émotions, avant et APRES leur arrivée mais que du bonheur !
      Mon petit Doudou s'est bien rattrapé et je sais d'où il tient ce petit caractère bien trempé 🙂
      Bisous, Bisous

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *