Couple

” C’est qui celle là ? ” Jalousie, quand tu nous tiens !

LA phrase typique de la nana folle de rage ” C’est qui celle là ? ” : et là tout de suite, je vous vois toutes sourire derrière votre écran. Cette scène, on l’a toutes vécue, en tant qu’actrice ou spectatrice.

Ce soir, on va discuter de la Jalousie et de mon point de vue sur le sujet !

Si j’ai bien changé mon comportement avec les années, c’est bien sur la jalousie et la possessivité. Il faut savoir que ces deux sentiments viennent de loin : de notre enfance, et d’un manque de confiance certain, à chacun son degré, et sa façon de l’exprimer. J’ai été jalouse dans le passé, comme toutes les jeunes femmes, j’ai jalousé celles que je jugeais plus jolies que moi, par manque de confiance, et j’ai été possessive par peur d’être abandonnée. Pourtant, je n’ai jamais « tenu » la personne avec moi, je n’ai jamais fouillé dans les téléphones, ordinateurs, tablettes, je n’ai jamais demandé à quiconque ses mots de passe pour inspecter les boîtes mails, les réseaux sociaux… ça vous fait plus de mal que de bien croyez moi ! Mais une chose est sûre, ma confiance n’est pas éternelle, au moindre doute, elle s’atténue et je suis intransigeante, mais dans le silence pour mon cas.

Bien évidemment, il m’a fallu du temps pour ne plus jalouser ces femmes toutes plus jolies les unes que les autres, et ne plus être possessive par peur de l’abandon. Je n’y suis pas forcément parvenue par confiance en moi, loin de là, ni par confiance en l’autre, même si ça y contribue, il faut toujours garder une réserve, mais la raison est que j’avais conscience de la douleur que je m’infligeais à craindre d’être abandonnée sans fait réel.

Je suis une femme qui aime entièrement, qui donne sa confiance mais pas naïvement, et qui n’est pas dans l’excès. Je m’explique : je ne vais pas faire de crise de nerfs pour un regard, ni demander à mon mari de baisser les yeux quand on sort dehors, encore moins le séquestrer à la maison. Certes, je vais parfois le taquiner sur une femme dans la rue, un comportement mais dans un esprit détendu, sans reproche, ni arrière pensée, tout comme je ne vais pas le surveiller : demander les mots de passe, fliquer toutes les traces sur les réseaux sociaux, les SMS, les appels, les sorties.

 

Photo Pinterest

/!\ C’est important aussi de faire sentir à l’autre sur le ton de la plaisanterie qu’on a des petits pics de jalousie, si une femme pose les yeux sur votre homme, de temps à autre, c’est normal et si c’est gentiment dit, l’autre ressentira : elle tient beaucoup à moi, elle a peur que je me fasse séduire, elle me veut qu’à elle, ça le flattera, mais ne se sentira pas en faute, il n’y aura pas confrontation entre vous !

Ma confiance est totale dès le début mais seulement d’un œil. J’estime d’ailleurs que lorsque l’on s’engage avec l’autre, on prend en considération les attentes communes, ce qu’on peut accepter ou non de l’autre et surtout, on n’inflige pas des choses qu’on n’accepterait pas ou qui ferait certainement du mal à l’autre. Je respecte cela quand je suis engagée, je ne fais rien pour blesser l’autre donc l’autre doit en faire autant, voilà ma ligne de conduite !

Il peut arriver inconsciemment de blesser l’autre sans le vouloir, maintenant, une petite mise au point et l’incident ne doit plus se reproduire : il faut communiquer. Dès lors que les choses sont dites, c’est vrai que je suis une femme qui donne effectivement sa confiance, qui laisse faire, sans surveiller. Tout se sait tôt ou tard, même des mois, des années, quand on cherche une vérité, on la trouve, ne vous en faites pas, je vous le promets. De ce fait, si par malchance, il m’arrive de tomber sur des comportements qui ne me plaisent pas, ou j’apprends des choses que l’autre a omis de me dire volontairement, et que je ne devrais pas ignorer, à plusieurs reprises (BIEN SUR, on a tous droit à l’erreur), je ne réagirais pas dans l’excès. Il ne faudra pas attendre de moi, des crises de nerfs, des interdictions, des reproches, des insultes, des gifles (Soyons fou !) : simplement, j’exprime que je suis blessée, que ça ne me plaît pas, que je ne me comporte pas ainsi DONC j’attends la même chose en retour. J’informe l’autre que ça ne doit pas se reproduire, et que ce sont des choses que moi-même je ne fais pas. Par conséquent, ma confiance n’y est plus totalement. Par contre, je ne menacerais pas l’autre de le quitter, de le séquestrer, de lui prendre son téléphone, de bloquer ces réseaux sociaux. Je laisse l’autre agir, réagir comme il l’entend, mais si les faits se reproduisent encore, que la personne abuse de moi, et surtout me déçoit, je partirais.
Le plus important est de ne pas subir et ne pas se forcer d’accepter un comportement qu’on juge blessant, décevant envers nous.

/!\ Il y a des limites, on est tous des êtres humains, votre mari a le droit de sourire gentiment à la caissière, de lui dire bonjour, même si sa chevelure vous fait envie et qu’elle a la silhouette de vos rêves, tout comme il a aussi le droit de discuter de votre future cuisine avec la super bombasse responsable du magasin, il le fait juste pour être aimable et décrocher pourquoi pas une remise avantageuse !

Pas de panique, apprenez à vous contenir, juger les situations avec du recul, du calme, et doser vos émotions c’est important. Sur le coup, ça nous monte à la tête, mais ce n’est peut-être pas grand-chose, voir involontaire, prenez le temps de réfléchir, de laisser passer une journée ou deux, et posez vous à nouveau la question si cela mérite une discussion : est ce que vous êtes vraiment blessé, déçu ou est-ce un excès de votre part.

Alors et vous, JALOUSE ou pas ? Des petites anecdotes à nous raconter ?

Bisous, FamilyL♥ve

Rendez-vous sur Hellocoton !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *