Ecole Parents

Petite Section : angoisse et incertitude !

Il y a tout juste une petite semaine, nous avons pris le chemin tous les trois, direction la petite section de maternelle. Doudou était à la fois intrigué, et angoissé à l’idée de voir toutes ces personnes, ces enfants sur-excités autour de lui. Il nous a fait quelques petits sourires, il semblait heureux mais on sentait dans son regard qu’il cherchait à se rassurer.

Nous avions préparé cette journée, depuis quelques temps. Nous n’avions pas hésité à lui parler de ces nouveaux copains, des nouveaux jeux, et la fameuse maîtresse qui va s’occuper de lui toute la journée. Il faut dire que nous savions que ça n’allait pas tant le changer par rapport à la crèche dans l’organisation et les activités mais connaissant notre Doudou, si timide et réservé, j’étais terriblement angoissé.

Angoissée de le savoir avec son ninnin et sa tutute dans son coin, angoissée qu’il n’ose pas aller vers les autres, angoissée par sa gentillesse, angoissée par ces enfants si brusques autour de lui, angoissée de cet environnement qu’il ne connaît pas… Mon petit garçon, c’est un enfant tellement doux, prêt à donner son goûter si on le lui demande, n’osant pas se défendre si on l’agresse, usant des pleurs quand il se sent mal, sans exprimer réellement ses besoins et ses envies.

La première journée s’est plutôt bien déroulé, nous sommes resté à ses côtés dans la classe, on lui a montré tout ce que ce nouvel environnement pouvait lui proposer. Il était intéressé, il a fait des puzzles avec une telle facilité, il était assis sagement, on l’a laissé, sans un pleur. Et puis les jours ont suivit, les larmes ont coulés chaque matin. Mon cœur de maman se déchire à chaque fois. J’essaie de lui parler, de le rassurer chaque matin avant d’arriver à la garderie mais je repars avec l’image de son petit visage mouillé par toutes ces larmes, ces petits yeux rouges m’appelant “Maman, emmène moi avec toi”. J’ai mal, je m’angoisse. La maîtresse se veut rassurante, en même temps ils sont 23 petits enfants qui jouent avec lui dans la classe.

Ce qui me touche c’est son désir de me savoir proche de lui, et à la fois ce sentiment de contrariété le matin pour partir : il a mal au ventre et le sentir si tourmenté le soir, il a du mal à s’endormir et use de nos câlins. Ça ne fait qu’une petite semaine me direz-vous mais dans le cœur d’une maman, ce n’est pas rien, c’est beaucoup d’angoisse, et malheureusement, je ne suis pas là, je ne peux rien faire pour l’aider… C’est le but de l’école, laisser son enfant grandir, se dessiner son avenir. Ça parait fou si petit, mais dès lors que votre enfant franchit les portes de l’école, on ne peut plus rien faire pour le protéger à part s’inquiéter et surveiller chaque petite parole, chaque comportement pour se rassurer de son bien-être.

J’ai confiance en mon petit garçon et j’espère que nous parviendrons à calmer ces peurs, qu’il trouvera sa place au sein de cet école, auprès de ces nouveaux petits copains. Je souhaite revoir son beau sourire, et l’entendre me raconter avec joie ces petites journées ♥

Bisous, FamilyL♥ve

Rendez-vous sur Hellocoton !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *